Cine – covers HD
Classifications des troubles sexuels.

Classifications des troubles sexuels.

Les problèmes sexuels les plus typiques consistent en:

  • conditions de désir sexuel (trouble hypoactif de la libido; hostilité sexuelle) – se manifestant par un faible taux d’intérêt pour le sexe ainsi que peu ou pas de libido. Il y a en outre un manque total de passion dans le sexe et aussi rester à l’écart des appels sexuels;.  
  • état d’excitation sexuelle (impuissance masculine; trouble de l’excitation sexuelle des femmes) – signifie l’incapacité de préserver une érection ou d’atteindre (un problème précédemment appelé impuissance), ainsi que l’incapacité de répondre à la fois physiquement et émotionnellement à l’excitation sexuelle (un problème anciennement connu sous le nom de froid);  
  • problèmes d’orgasme (climax précoce; problème d’orgasme chez les hommes; trouble de l’orgasme chez les femmes) – liés à l’orgasme prématuré après le début de la stimulation liée au sexe, avec l’incapacité de culminer pendant les rapports sexuels (également appelé climax différé), avec problème dans l’orgasme pendant les rapports sexuels. excitation opérée à la main ou pendant les rapports sexuels;.
  • conditions associées à des rapports sexuels atroces (vaginisme, dyspareunie – se réfère au resserrement incontrôlé des tissus musculaires à l’ouverture génitale, empêchant la pénétration et les relations sexuelles, ainsi que les rapports sexuels désagréables, qui peuvent être naturels ou mentaux. 

Problèmes sexuels et aussi dépression.  

Les troubles dépressifs se produisent chez les femmes ainsi que chez les hommes atteints de troubles sexuels. Ils sont la raison ou la répercussion des problèmes dans la vie sexuelle. Dans les syndromes dépressifs, l’anxiété et les signes et symptômes www.unisda.org/virilblue génitaux sont plus fréquents chez les femmes et chez les hommes – impuissance. Ces préoccupations peuvent devenir phobiques.. par exemple : 

  1. peur des rapports sexuels (coitophobie),.  
  2. peur de la relation conjugale (gamophobie),.  
  3. la peur de développer le sida, qui est maintenant une sorte de peur progressivement habituelle. Problèmes sexuels et aussi dépression.  

Dans de nombreux cas, l’anxiété peut prendre le type de panique sexuelle. Il y a aussi une augmentation du stress et des troubles anxieux découlant d’expériences traumatisantes liées au sexe (harcèlement, viol, actes incestueux).  

Le partenariat entre les problèmes sexuels et l’anxiété peut être à double sens.

D’une part, l’anxiété peut être une variable qui déclenche des problèmes dans la sphère de la vie liée au sexe. La caractéristique la plus essentielle d’un état d’esprit cliniquement déprimé est l’incapacité d’éprouver de la joie, une satisfaction complète ainsi que du plaisir. Guy ne peut plus apprécier une vie qui a perdu son ombre. Une sensation d’indifférence émerge, en particulier envers le compagnon, ce qui donne lieu à des sentiments de culpabilité ainsi qu’à la pitié.

En plus de son renforcement, il peut créer des inquiétudes ainsi que des inhibitions dans la direction de l’autre sexe, de fausses impressions concernant le manque de sa propre apparence liée au sexe, etc.

Les problèmes liés au sexe peuvent également être une variable de risque pour la dépression clinique. Nous gérons cette situation lorsqu’il y a des problèmes liés à un faible taux d’intérêt pour le sexe ainsi qu’à la sensation de faible libido, ainsi que beaucoup plus lorsqu’il y a un manque total de passion dans le sexe et aussi une évasion du contact sexuel. Divers autres problèmes peuvent consister en une dysfonction érectile et aussi un rhume, un climax prématuré ou l’échec de l’orgasme tout au long des rapports sexuels, etc. 

L’anxiété interrompt de nombreux éléments de la vie humaine, y compris les relations sociales, composées de ceux qui en ont du plaisir. En règle générale, la condition est également négative affecte la vie sexuelle. Une baisse de la libido fait partie des symptômes somatiques de la dépression. Les personnes qui vivent un épisode dépressif – malgré le sexe – perdent tout intérêt ou partiel pour la balle sexuelle.  

On estime que chez les personnes souffrant de dépression clinique, la dysfonction sexuelle se produit plus de deux fois plus fréquemment que chez les personnes en bonne santé et équilibrées. La libido endommagée, l’impuissance et la frigidité liée au sexe sont pour cette raison un problème typique lié à la dépression clinique. 

En outre, la perte d’efficacité sexuelle pourrait être une préoccupation supplémentaire pour l’individu malade et ajouter également à une plus grande dépression de l’état d’esprit. Cela a également un impact sur l’estime de soi, qui est actuellement fortement détériorée. Cela peut être particulièrement désagréable pour les hommes. Dans notre société, la virilité est stéréotypée liée à l’efficacité. Dans ce contexte, pour de nombreux hommes, la dysfonction érectile conduit à un sentiment d’inutilité non seulement dans la ronde sexuelle, mais aussi généralement à l’échec concernant tout leur être.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *